Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

Compagnie Jeanne Simone | l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole)

Compagnie Jeanne Simone

Résumé

Compagnie Jeanne Simone

Sensibles quartiers

marche chorégraphique partagée

Informations pratiques

Sorties d’Usine les mercredi 4 et vendredi 6 avril

(lieux et horaires indiqués à la réservation)

durée : en cours - en extérieur - tout public

gratuit - sur réservation (billetterie en ligne ultérieurement)


Détails

l’Usine accueille pour la première fois la compagnie Jeanne Simone pour une résidence de création autour de Sensibles quartiers, une composition de groupe, de marches, de trajet, de mémoires, de relations vibrantes entre des lieux et des corps. À travers un regard aiguisé mais toujours tendre sur la ville et l’espace, la chorégraphe Laure Terrier invite des personnes à marcher.

 

« Les propositions de Jeanne Simone se nourrissent et s'inventent en exploration. Nous avons un goût certain pour l'expérimental, qu'il nous plaît de transformer en spectacle, parce que le spectacle est généreux et s'offre.

Ici pourtant, c’est un besoin de s’en défaire, temporairement, pour nous offrir de renouveler notre relation aux spectateurs et notre rapport aux espaces investis. »

compagnie Jeanne Simone

 

Sensibles quartiers est une invitation qui convoque la marche, dont la narration, sensitive, est étroitement liée à un parcours. Cinq performeurs - danseurs, comédiens - et une architecte accueillent des marcheurs spectateurs. Ensemble, ils vont former un groupe et vont marcher un trajet à travers un quartier. Il s’agit de marches rythmées par des arrêts, où ils offrent aux lieux et aux marcheurs des soli dédiés à des lieux choisis.

Sensibles quartiers invite un groupe d’une trentaine de personnes à marcher et à déciller le regard sur des lieux singuliers en racontant leur contexte.

Les danseurs sont dans un état de corps qui les place dans une marche sensible et aux aguets, qui affûte leur regard sur l'espace, leur perception des volumes, leur écoute de l'environnement sonore. Une approche qui peut contaminer le groupe…

À tour de rôle, ils vont interrompre la marche et proposer des points de vue sur un lieu spécifique, en des instants de solo. Sensibles quartiers n'est ni une déambulation, ni une randonnée. L'enjeu est de révéler le lieu par des états de corps, de le faire parler, se dévoiler. Un continuum de surimpressions.

 

Jeanne Simone

Depuis 2004, Jeanne Simone explore une dramaturgie des corps en relation aux espaces, et très spécifiquement ceux de nos quotidiens. L’attention aux lieux et à leurs usages nourrit sa réflexion et son écriture chorégraphique et sonore.

Observer, détourner, prendre soin, révéler. Décaler ses points de vue d’usagers, renouveler ses relations aux environnements qui les façonnent. Traverser d’intime l’espace public, mettre en coprésence ses états perceptifs à la vie quotidienne… Si les espaces non dévolus à la représentation sont par essence ses viviers de recherche, tous les espaces nourrissent son cheminement, même les théâtres, dès lors que la compagnie les considère dans leur entièreté pour en donner à lire la multitude d’usages.

Les créations de Jeanne Simone questionnent la fragilité, l’appétit, l’éclat de l’être dans ses espaces quotidiens et interrogent les possibles du vivre ensemble.

La recherche corporelle de Jeanne Simone s’aventure vers une poétique chorégraphique du quotidien. Avec les danseurs autant qu’avec les comédiens et musiciens, elle travaille à rendre quotidienne la performance physique et à révéler le potentiel poétique des défauts, des irrégularités de chaque corps en jeu.

Son rapport à l’espace (public) repose sur une grammaire des perceptions, son vocabulaire sur l’affutage des différents systèmes du corps, avec le Body Mind Centering comme fabuleux matériel de base. Cette approche pédagogique aborde l’éducation somatique par le mouvement et le toucher. A la ligne

Ainsi les moments chorégraphiés sont des structures précises, qui laissent l’interprète à l'écoute du moment, de l’accident, de la rencontre avec l’extérieur.

 

 © Jeanne Simone

Veuillez patienter pendant le chargement de la page.