Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

in vitro | l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole)

in vitro

Résumé

collectif in vitro
Julie Deliquet

Mélancolie(s)

en partenariat avec le théâtre Garonne


Informations pratiques

du mercredi 13 au samedi 16 février 2019
au théâtre Garonne

durée : 2h - en intérieur - à partir de 14 ans

tarifs : 25 €/ 10 €

   billetterie en ligne   

 


Détails

Faire résonner les mots de Tchekhov de la boîte noire aux espaces publics partagés : voici le bel élan que Julie Deliquet, metteure en scène, porte avec son collectif In Vitro. À l’instar de diverses équipes théâtrales, cette compagnie, chaleureusement accueillie depuis le très remarqué Vania pour la Comédie française, se frotte à l’espace public et s’aventure en immersion dans le champs des écritures du réel. Pour mieux faire vivre la fiction. Deux formes prennent vie à Toulouse, au cœur de la ville : Mélancolies au théâtre Garonne et Tchekov dans la ville à Saint Cyprien. 

 

« Ce qui me plaît, c’est quand l’intime devient public. Chez Tchekhov, on met souvent des gens les uns avec les autres quelque temps et puis, on voit comment ils s’en sortent. » Julie Deliquet

 

Cette jeune metteure en scène ne passe pas par quatre chemins pour affirmer les intentions qui l’animent en se plongeant dans deux œuvres majeures de l’auteur russe. Pour Mélancolie(s), elle fusionne Ivanov et les Trois sœurs et place ses comédiens en improvisation au cœur du réel. Ainsi, elle offre la possible conversation entre notre monde et les mots de Tchekhov. De ce processus de création, elle forge une mise en scène en prise avec son temps, où elle ausculte la mélancolie d’une génération désenchantée, dans un instant théâtral à vif. Avec Tchekhov dans la ville, une semaine durant, les comédiens iront l’un au café, l’autre à l’hôpital ou dans un salon de coiffure du quartier Saint Cyprien. Immersion, imprégnation, observation, ou comment faire vibrer la rencontre entre Tchekhov et la vie d’aujourd’hui. Autour du premier acte des Trois sœurs qui se joue : une fête d’anniversaire, celle de Macha, où les habitants du quartier sont invités à souffler ses bougies. 

 

collectif In Vitro - Julie Deliquet 

À l’issue du Conservatoire de Montpellier puis de l’École du Studio Théâtre d’Asnières, Julie Deliquet poursuit sa formation à l’École Internationale Jacques Lecoq. Elle crée le collectif In vitro en 2009 et présente Derniers Remords avant l’oubli de Jean-Luc Lagarce. En 2011, elle crée La Noce de Brecht, puis en 2013, Nous sommes seuls maintenant. In Vitro travaille autour du langage commun de la répétition où l’improvisation est un moteur d’écriture à plusieurs.

Veuillez patienter pendant le chargement de la page.