Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

Marlène Rostaing | l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole)

Marlène Rostaing

Résumé

Compagnie Marlène Rostaing

Tragôdia ou Thésée-moi !

mythe autobiographique

Informations pratiques

du mardi 6 au samedi 10 février 2018 à 19h30 à La Grainerie

durée : 1h - en intérieur - à partir de 10 ans

tarifs : de 9 à 15€

 

sur réservation :

www.la-grainerie.net

www.laplacedeladanse.com / 05 61 59 98 78

 


Détails

Marlène Rostaing, jeune chorégraphe toulousaine, est venue en résidence de création à l’Usine pour travailler cette pièce au printemps 2016. l’Usine avait présenté une Sortie d’Usine en partenariat avec le thétre Garonne dans le cadre d’IN EXTREMIS. Cette année, après une résidence de reprise, c’est à La Grainerie et dans le cadre du festival de La Place de la Danse - CDCN de Toulouse que les premières de Tragôdia ou Thésée-moi ! sont présentées.
Marlène Rostaing compose avec la danse, la voix et le texte. La danse comme un pont entre ce qui se voit et ce qui s'entend des os jusqu'aux cordes vocales. Entre écriture, improvisation et performance vocale, Marlène Rostaing remet à l'heure contemporaine les codes de la tragédie, les métamorphoses et les râles, l'énergie et les excès des héroïnes du monde antique. 

 

« Tragôdia ou Thésée-moi ! c'est le chant du bouc ou plutôt celui du chien à la recherche de son os. Une sorte de théâtre de l'absurde. Ariane et son fil, mais aussi par écho, Hermione, Phèdre, Bérénice sont les voix transmises. »

Marlène Rostaing

 

Tragôdia ou Thésée-moi ! dresse le portrait d’une femme héritière de ces voix tragiques et mythiques, qui voyage entre son amour et la lutte contre sa solitude. Un cœur pur pris au mot de celui qui ne voyait que la gloire, pris dans les rouages de l’injustice d’une guerre entre les hommes de sa famille et l’homme qu’elle aime. En écho au mythe d'Ariane et de son fil, oubliée, seule sur l’île de Naxos, elle répète, rejoue sa rupture amoureuse et ses métamorphoses comme un éternel retour, une histoire qui bégaie. L’artiste témoigne aussi de son histoire avec humour au point d’en jouer, de se moquer de sa propre tragédie.

 

Marlène Rostaing

Marlène Rostaing (1979) étudie le théâtre puis le mime à l’École Marcel Marceau. À Toulouse, elle intègre l’École du Lido en tant qu’acrobate et prend des cours au Centre James Carlès en danse contemporaine. Interprète chez Josef Nadj, Aurélien Bory ou Phia Ménard, on a pu aussi la voir au théâtre Garonne, en duo avec Pascal Contet (accordéon), dans le cadre du festival La voix est libre en 2012. Également Dramaturge et chorégraphe pour la Cie Mesdemoiselle. Depuis, elle continue les performances improvisées en duo où se mêlent danse, voix et musique. Elle a dansé avec Peter Corser (saxophone), Elise Dabrowski (chant lyrique et contrebasse), Philippe Gleizes (batterie), Dgiz (slam et contrebasse), Elise Caron (chant), Julyen Hamilton (danse), Hasse Poulsen (guitare), Or Solomon (piano), Leïla Martial (chant).

Veuillez patienter pendant le chargement de la page.