Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

HYBRIDE #2 | l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole)

HYBRIDE #2

Résumé

HYBRIDE #2

Yori Kuru Mono

le GdRA


Détails

A l’initiative de l’Usine, un nouveau projet de rencontre artistique est né au Japon en partenariat avec la Setouchi Circus Factory (Takamatsu). Les deux structures ont ainsi invité le GdRA, compagnie conventionnée toulousaine aux écritures hybrides, et l’artiste marionnettiste de bunraku* : Yoshida Kanroku. A la suite d’un séjour de rencontres et de repérage en mars 2015, puis d’un temps de résidence au Japon en décembre dernier, est née une création intitulée Yori Kuru Mono. Une présentation du travail en cours a été présentée à Kotohira et à Takamastu dans le cadre de la deuxième édition du festival Seto la Piste.

 

Yoshida Kanroku est considéré au Japon comme un maître de bunraku qui répond à un code très appuyé. Après avoir été membre de la compagnie du Théâtre national de Bunraku pendant de longues années, Yoshida Kanroku est aujourd’hui un artiste indépendant, enclin à la rencontre et à l’expérimentation artistiques.

 

Décliné en six chapitres Yori Kuru Mono propose au plateau la présence de textes en français et en japonais, bunraku, acrobatie, vidéo et musique. Mis en scène par Christophe Rulhes, la pièce s’articule autour d’un conte shinto dans lequel un marionnettiste perdu en forêt est en prise avec Kitsune – l’esprit renard en japonais. Kitsune est l’un des yokais les plus populaires au Japon. Ces « personnages » sont très présents dans les traditions shintoïstes où des esprits sont incarnés par des animaux polymorphes aux pouvoirs surnaturels. Kitsune, yokai de la forêt, a notamment le pouvoir de posséder les hommes.

 

Nourrie d’aller-retours vidéos avec des images tournées dans la dense forêt de l’île de Shikoku, la pièce met en abime ce récit traditionnel empreint d’une forte spiritualité et la réalité de l’abandon progressif du bunraku qui fut bien longtemps une pratique véritablement populaire.

 

Le GdRA offre ici une pièce où se révèle dans le dernier chapitre la question de la transmission des pratiques traditionnelles au travers de la parole de Yoshida Kanroku, qui oscille entre désenchantement et pragmatisme.

 

*Le bunraku est une forme de théâtre traditionnel où les personnages sont représentés par des marionnettes de grande taille, manipulées à vue par trois personnes. A leurs côtés se trouve toujours un seul récitant, qui chante tous les rôles, accompagné d’un musicien de shamisen, le luth japonais. Cet art est inscrit au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’UNESCO depuis 2008.


le GdRA

Le GdRA est fondé en 2007 par le metteur en scène, anthropologue et musicien Christophe Rulhes et le chorégraphe, acrobate et comédien Julien Cassier. A la croisée des disciplines artistiques, à partir de l’enquête et du public, il compose un théâtre performatif à l’adresse directe. En 2010, le GdRA est invité au 64eme festival d’Avignon. En 2013, il crée VIFS pour la capitale européenne de la culture à Marseille. En 2014, SUJET clôt au théâtre Garonne de Toulouse Le triptyque de la personne débuté en 2007 avec Singularités ordinaires et poursuivi par Nour en 2010. En 2016, le GdRA joue Lenga au Théâtre Vidy à Lausanne et initie ainsi sa série La guerre des natures. En période d’Anthropocène, La guerre des natures est une enquête théâtrale et anthropologique à travers le monde : Amazonie, Madagascar, Afrique du Sud, Réunion, Japon et Nouvelle Calédonie, en seront notamment les lieux d’investigation et d’inspiration.