Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

Le petit théâtre de pain / BOXON(S) | l'Usine – Centre national des arts de la rue et de l'espace public(Tournefeuille / Toulouse Métropole)

Le petit théâtre de pain / BOXON(S)

Résumé

Le petit théâtre de pain

BOXON(S) Jusqu'à n'en plus Pouvoir


Détails

en résidence du 2 au 18 décembre 2017

-------------------------------------------------------

projection du film NON

dimanche 4 février à 10h

lundi 5 février à 20h

à l'Utopia Tournefeuille

http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/

+ d'infos sur le film : dossier de presse


 

Le Petit Théâtre de Pain fait partie des compagnies que l’Usine accompagne régulièrement depuis quelques années (Traces, Le Siphon, 9…). Ici, pour sa nouvelle création BOXON(S) Jusqu’à n’en plus Pouvoir, la compagnie convie Stéphane Jaubertie à pétrir mots et matière à ses côtés pour disséquer les différents enjeux du pouvoir, de quelque nature qu’il soit.
En collaboration étroite avec les acteurs au plateau et Fafiole Palassio à la mise en scène, l’auteur tient le scalpel de l’écriture et taille des situations réelles jusqu’à l’absurde.
Parfois jusqu’aux larmes, parfois jusqu’à l’éclat de rire libérateur et salutaire.

 

La Boétie, Milgram, Dejours, Arendt, Alinsky et bien d’autres, constituent les sources du Petit Théâtre de Pain pour ce nouveau creuset théâtral.

La métaphore, l’humour, la cruauté : ses armes.

Son théâtre : un ring.
Scènes au hachoir agencées comme des rounds. Comme un ballet de l’urgence.

La boxe léguera en creux cet état de corps centrifuge, une manière de faussement courber l’échine, une acuité dans le regard qui interdit de lâcher.

Le K.O toujours à portée de poings, certes.

Et la victoire ?

 

Nous voulions parler de pouvoir. Incarner l’hydre qui nous gouverne : le politique, le financier, les grands groupes.

Nous voulions comprendre ce qui anime la jouissance d’un homme d’agir sur le destin commun.

Mais c’est le destin commun qui nous a rattrapés et l’obéissance qui s’est invitée sur la scène de nos interrogations.

Jusqu’où et comment pouvons-nous accepter l’inacceptable ?

Ce que nous avons baptisé, au fil de nos recherches « la servitude participative », c’est le rôle, la place qu’on se donne, qu’on nous donne, qu’on accepte de jouer dans le groupe, la famille, la société, dans une entreprise, parfois contre notre propre nature et nos propres valeurs. Qu’est-on prêt à offrir de soi qui peut se retourner contre soi ? Pourquoi ne se rebelle-t-on pas ?

Le Petit Théâtre de Pain

 

Le Petit Théâtre de Pain / Stéphane Jaubertie

Le Petit Théâtre de Pain a toujours eu pour ambition de raconter, dire son temps, et pense devoir le faire avec des auteurs vivants, parce que c'est peut-être ça l'essence de son théâtre : vivant, populaire et métissé. En 2009, la troupe franchit le cap de la commande d’écriture et collabore avec Aurélien Rousseau pour les spectacles Traces et Le Siphon. Puis, travaille avec Unai Iturriaga, Igor Elortza et Xabier Mendiguren pour les spectacles Errautsak, Hamlet, Francoren bilobari gutuna, et Stéphane Guérin pour l’écriture de 9 en 2014. Elle prend goût à la création partagée avec un auteur écrivant au plus proche du plateau, se nourrissant des propositions des comédiens, par un incessant jeu d’aller-retour.
Stéphane Jaubertie, auteur et dialoguiste, a l'habitude d'interroger le jeune public dans ses textes par la distance de la métaphore ou de la fable. Avec le regard de l'étonnement. Avec cette façon de transcender le réel par des mondes parallèles et imaginaires. Dans un langage volubile, fin et drôle. Et à l’heure de s’attaquer aux thématiques liées au pouvoir, cette distance onirique et cette furieuse théâtralité émanant de son écriture semblent primordiales et nécessaires.

Veuillez patienter pendant le chargement de la page.

Bouton Play/Pause
/
Barre d'outils